Une place de village, une église, des barrières nadar avec des gens derrière et au centre de la place, des gens costumés, des sociétés carnavalesques  formant une sorte de rondeau

Le Carnaval de Basècles

  • 09 Février 2018 > 14 Février 2018

Basècles

Où: Dans Basècles

Ce Carnaval festif a été créé par la confrérie des Crocheux basèclois pour raviver le sport local : le crossage. À Beloeil, les 9, 10 et 14 février 2018. En 1980, une dizaine d’amis décident de faire revivre une partie du folklore du village en rendant la rue aux crosseurs le mercredi des Cendres, pour y  » crocher à l’tonne « . En 1981, fors du succès rencontré, ils créent la société  » Les Crocheux Basèclois  » et relancent le carnaval avec tout ce qu’il comporte de joie, d’humour et de gaieté. Ce sera le départ du carnaval de Basècles qui est aujourd’hui devenu un événement local mais aussi régional qui a pris rang dans le calendrier des festivités.

Vendredi soir 9.02 :
Les sociétés carnavalesques ouvrent les festivités à la salle des fêtes communales où Le bourgmestre donne les clés de la ville au président des Crocheux.

Samedi 10.02 : 
Place au cortège et aux familles ! La journée commence dès 10h avec le ramassage des membres de certaines sociétés.
À 13h30, le rendez-vous est donné sur la Grand Place pour le départ du cortège qui va déambuler dans la rue principale du village (Rue Grande). Son tour se termine vers 16h30 sur la Grand-Place. Les enfants lancent alors le 1er rondeau avec les musiciens. Les groupes, fanfares et autres joyeux lurons se dispersent ensuite.
Vers 22h30, tout le monde est invité à se retrouver sur la Grand-Place pour le rondeau final et le très attendu feu d'artifice.

Mercredi 14.02 : 
La tradition du crossage du » mercredi des chennes » est honorée dans les us et coutumes de la région. Les Crocheux (tous costumés et déguisés à Basècles) se dispersent par équipes de trois dans les rues du village, équipés d’une » macroche » (un maillet à long manche) et d’une » cholette » (œuf en bois ou balle de gomme quand le danger est présent).

Rappelons les règles du jeu : la partie s’engage : il s’agit pour l’une des équipes, celle qui » chole « , d’atteindre un but précis (le tonneau que le cafetier a placé devant son estaminet) en un certain nombre de coups avec la possibilité pour l’équipe adverse de » décholer « , c’est-à-dire de taper dans le sens inverse. Pour trois coups de » cholage « , il y a un coup de » décholage « . Si les » choleux » n’atteignent pas leur but après avoir épuisé tous leurs coups, ils offrent la tournée.

Dans l’hypothèse inverse, ce sont les » décholeux » qui régalent. Bref, on trinque dans tous les cas et ce golf du pauvre est associé aux réjouissances de fin de carnaval. Tantôt une gaufre, tantôt des cochonnailles viendront assouvir les tiraillements de l’estomac. Inutile de préciser l’ambiance qui finit par régner, les chants locaux traditionnels ponctuant chaque arrêt dans les cafés.

Le soir, les Crocheux font honneur aux divers plats préparés dans leur local. Une longue journée…