Portrait en noir et banc d'un homme moustachu, cheveux courts, habillé comme au 19e siècle

Exposition "Albert Dadas" - Philippe Herbert

  • 19 Mai 2018 > 23 Juin 2018

Couillet

Où: Galerie Cerami - Route de Philippeville, 346

La France et l’Europe de la fin du XIXe siècle sont obsédées par la question du vagabondage, par les sans-papiers qui errent d’une ville à l’autre. La fugue devient un trouble médical avec un diagnostic précis. Albert Dadas (1860 – 1907) est l’une des premières personnes atteintes d’automatisme ambulatoire, aussi nommée « dromomanie ». Son médecin, le docteur Philippe Tissier va poser le diagnostic de sa folie dans sa thèse intitulée « les aliénés voyageurs ».

Albert Dadas, un modeste employé du gaz à Bordeaux, va faire des fugues qui dureront de plusieurs jours à plusieurs années, en perdant à la fois ses papiers et son identité, mais jamais sa pulsion de partir, de marcher, de découvrir. Certains prétendront qu’il est un simulateur. 

"..." Dans ce projet qui suit l’itinéraire de la grande fugue de 1880/1882, je m’identifie à Albert Dadas. Je suis son fantôme et il est le mien, je suis dans le cadre, à la fois son acteur et le mien. Grâce à des temps de pause longs, de 30 secondes à plusieurs minutes, je capte des moments où la durée s’inscrit sur les pixels du capteur. À travers des mises en scène, nous nous incarnons donc, lui et moi, dans un hors temps universel. Des autoportraits, mais pas au sens strict, ce n’est à la fois ni moi ni lui. Ce sont nos apparitions ou nos disparitions. La disparition de soi est une problématique contemporaine étudiée par le sociologue David Le Breton dans son essai « Disparaître de soi ». C’est également ma tentation.

Philippe Herbert

Ouvert de 15h à 19h mercredi, jeudi, vendredi

11h à 18h samedi

Fermé les jours fériés

071/36.00.65