En avant plan une femme de dos, cheveux relevés et drap autour de la poitrine laisse les épaules dénudées. U emain seule dans l'image. Sur la droite de la femme, une sculpture d'un homme musclé mais sans bras, ni tête

Opéra. La Clemenza di Tito - à Charleroi

  • 29 Mai 2019 20:00

Charleroi

Où: Palais des Beaux - Place du Manège,

Un ouvrage qui comporte quelques-unes des plus belles partitions de Mozart.

En 1791, alors qu'il travaille à l'écriture de l'initiatique Flûte enchantée, Mozart revient à l'opera seria, quelques mois avant sa mort. Commande du Royaume de Bohème pour le couronnement, à Prague, de l'empereur Léopold II, le travail est bouclé en trois semaines.

"L'empereur Titus aime Bérénice mais Vitellia, dévorée par son ambition veut l'épouser pour accéder au pouvoir. Profitant de l'amour que lui voue Sextus (le meilleur ami de Titus), elle le convainc d'assassiner Bérénice. Le complot est démasqué, Titus répond à l'affront par la clémence et il pardonne."

Un exemple d'humanisme donné à son peuple, un thème très cher à Mozart. Déployant un chant libre qui fait la part belle aux voix féminines, Mozart montre le meilleur de lui-même en maitrisant les forces orchestrales et chorales. Les ensembles sont particulièrement soignés et les grands airs offrent cette unique et limpide beauté qui érige La Clemenza di Tito au rang des chefs-d'oeuvre absolus.

Sous la baguette experte de l'autrichien Thomas Rösner, cette Clémence sera portée par une distribution de qualité (Patrizia Ciofi, Anna Bonitatibus, Veronica Cangemi, Cecilia Molinari, Leonardo Cortellazzi et Markus Suihkonen). La mise en scène de Cécile Roussat et Julien Lubek devrait une nouvelle fois faire mouche après La Flûte enchantée et de La Cenerentola qu'ils avaient proposées à Liège et au PBA.

071/31.12.12